Kamilari Balades à pied La tombe à tholos minoenne de Kamilari
La tombe à tholos minoenne de Kamilari Imprimer Envoyer

Les tombes à tholos de l'époque minoenne étaient des bâtiments imposants, construits selon un style architectural particulier, et avec un soin qui laisse supposer que les défunts auxquels elles étaient destinées appartenaient à un certain rang social. Comme le démontrent les découvertes archéologiques, les pratiques funéraires en Crète comportaient – au moins pour les personnalités d'un certain rang – un culte des morts. L'attention portée aux morts dans la Crète ancienne n'incluait pas seulement les rituels du jours des funérailles ; il se poursuivait longtemps après, avec des cérémonies à la mémoire du défunt, des repas funéraires et des offrandes au mort. Ces offrandes, et les denrées que les Crétois enterraient avec les corps, sont pour les historiens une précieuse source d'information concernant le statut social du défunt.

La tombe de Kamilari est située sur la colline « Grigori Korfi », à une altitude d'environ 80 mètres, à quelques kilomètres de la mer, à 1,9 kilomètre au sud-ouest d'Agia Triada, et non loin de Phaistos. Elle fut construite sur le flanc nord de la colline, d'où la vue sur le Psiloritis, la plaine de la Messara et la chaîne des Asteroussia est panoramique. La tombe fut découverte durant l'été 1959, durant des fouilles effectuées sous la direction du professeur italien Doro Levi, qui data la construction aux alentours de 2000 avant J.C., et détailla ses différentes phases historiques en s'appuyant sur les découvertes funéraires et religieuses. La tombe fut utilisée à différentes époques, en 1800 avant J.C., 1700 avant J.C. et 1500 avant J.C. – cette dernière époque ayant fourni une grande partie des vestiges mis à jour durant les fouilles. La tombe de Kamilari était à demi souterraine, et construite selon la méthode habituelle des tombes à tholos (tombes à voûte de pierre), c'est-à-dire par l'utilisation de moellons de différentes tailles et de boue. Le terrain fut nivelé avant que les fondations de la tombe ne soient mises en place, et on pense que la tombe comportait un toit de pierre (tholos).

À l'est de la tombe proprement dite, une annexe de cinq pièces fut mise à jour ainsi que, au nord de celle-ci, un lieu d'offrandes. C'est là que les plus anciennes poteries de la tombe furent découvertes, de même que des petits vases de pierre. Tous les vases avaient été placés à l'envers. Un total de 500 vases a été découvert autour de la tombe, et 250 à l'intérieur de celle-ci. Des miniatures d'argile figurant différentes scènes ont également été découvertes.

Les découvertes les plus intéressantes effectuées à Kamilari correspondent à des funérailles effectués durant le minoen récent (MR IIIA) – les dernières à y avoir été effectuées. Parmi ces découvertes, trois miniatures d'argile représentent des scènes très particulières. La première d'entre elles montre un banquet offert au défunt. Le caractère religieux de l'événement est démontré par les cornes de taureaux – omniprésentes chez les Minoens – et les colombes fixées à la miniature d'argile. La deuxième miniature montre deux personnes debout devant quatre autres personnages assis. Il est possible que ces deux personnes soient en train de faire des offrandes au mort. La dernière scène, qui est la plus célèbre, est un groupe de danseurs également connu sous le nom de « danseurs de Kamilari ». Leur chorégraphie rappelle beaucoup les danses traditionnelles crétoises aujourd'hui pratiquées en Crète. Toutes ces découvertes sont visibles au musée archéologique d'Heraklion.

La tombe de Kamilari a un diamètre interne de 7,65 mètres, et l'annexe a probablement été ajoutée ultérieurement, peut-être durant le minoen moyen (MM IIIA). L'entrée de la tombe est orientée à l'est, et était fermée d'une grande dalle de 1,15 m sur 1,05 m. L'ensemble est très bien conservé. Bien que la tombe soit clôturée, la porte est désormais laissée ouverte, et il est possible d'entrer sur le site. La tombe de Kamilari est une structure imposante, sise dans un très bel environnement, et vaut sans conteste une visite. Les paysages des alentours et les vues sur la plaine et la baie de la Messara ajoutent encore au charme des vestiges...

Au printemps 2008, les murs de l'annexe ont été restaurés et un mur effondré a été remonté. Ainsi rénovée, l'annexe permet désormais de se faire une très bonne idée de sa structure d'origine.

 
Official site of the cultural comittee of Kamilari - all rights reserved.